Introduction

Dans le cadre de la lutte contre la fracture numérique, le ministère a mis en place le C2i2e, Certificat Informatique et Internet de niveau 2 « Enseignement ». Ce C2i2e est une suite professionnelle du C2i niveau 1. Il atteste que le stagiaire est apte à utiliser les TIC pour s'informer, se former et former ses élèves. Il est ainsi constitué d'un ensemble de compétences en TIC, mais aussi et surtout en TICE. De ce fait, le c2i2e n’est pas un certificat qui peut s’obtenir par un simple examen sur table ! « Ainsi, l’évaluation du C2i2e ne peut être correctement réalisée à travers une seule épreuve, a fortiori « sur table », car aucune épreuve, quelle qu’elle soit, ne pourrait convoquer l’ensemble des dimensions d’un métier. Il s’en suit que l’évaluation de l’ensemble des compétences du C2i2e ne peut être convenablement réalisée sur un temps court et à un instant donné. Elle requiert une variété de situations d’évaluation. » document d’accompagnement n°2 du Ministère. Actuellement, le C2i2e est défini par des textes officiels et notamment par son référentiel. Il y est stipulé que seule l’Université (et plus particulièrement l'ESPE, mais aussi le SUFP) est habilitée à le délivrer !

La mise en place du C2i2e à l'Université de La Réunion


La mise en place depuis septembre 2010 du C2i2e à l’Université de La Réunion s’est appuyée sur l’expérience de l’IUFM de La Réunion qui certifiait depuis 2005. La formation au C2i2e est prise en compte dans les maquettes par le biais d’une UE obligatoire dans tous les masters proposés par l'ESPE. La cohérence du dispositif est assurée par la réunion des différents coordinateurs C2i2e sous la responsabilité du responsable de tous les C2i et du correspondant C2i2e de l’Université pour le ministère et par l’observation du cahier des charges commun. C’est ce cahier qui a permis l’habilitation de l’Université par le Ministère à délivrer le c2i2e.

Le coordonnateur C2i2e est le formateur chargé de l’UE TICE. Le coordonnateur C2i2e doit :

  • expliquer aux stagiaires ce qu'est le C2i2e,
  • veiller à ce qu'ils puissent tous le passer,
  • coordonner la validation.

Les publics visés

Les publics visés sont des :

Etudiants. Ce sont tous les étudiants des masters d’enseignement.

Enseignants et enseignants-chercheurs de l’Université. Par le biais d’une formation interne à l’Université les enseignants, les enseignants chercheurs et les doctorants auront la possibilité de se former et de passer la certification. Ces formateurs ainsi certifiés pourront à leur tour participer à la validation des compétences C2i2e des étudiants et accroîtront le nombre des personnes ressources.

Enseignants en poste dans le premier et le second degré. Les enseignants du premier et du second degré pourront être formés et certifiés soit dans le cadre de leur formation continue (convention formation continue rectorat-université) soit à titre privé par le biais du SUFP.

Candidats libres (ne relevant pas de l’Université). Tout candidat à la certification sorti de la formation initiale pourra être formé et certifié par le SUFP.

Les formations

Le C2i2e est composé de deux parties. La première, A, concerne davantage les capacités du stagiaire à s'informer et se former au numérique et par le numérique. La seconde, B, concerne davantage ses capacités à utiliser le numérique avec les élèves pour les faire progresser dans leurs apprentissages disciplinaires.

Du point de vue de la formation, on constate que les items A11, A12, A14, A3.1 ne nécessitent pas de formation spécifique a priori car ils relèvent des capacités minimales exigibles d'un professeur : capacités à s'informer et à communiquer correctement. Les items A32 et A33 peuvent relever de l'autoformation : le coordonnateur demandera aux stagiaires d'établir un dossier sur ces deux points.

Les autres items, par contre, font l'objet d'une formation dans le cadre d’une UE TICE. Les objectifs sont :

  • Rappeler aux stagiaires ce qu'est le B2i et ses objectifs et les former à la préparation interdisciplinaire de leurs élèves à celui-ci.
  • Outiller les futurs enseignants aux niveaux pédagogique, matériel et pratique :
    • pédagogique en montrant dans quels cas l'utilisation des TICE apporte une plus-value pédagogique  à l'enseignement/ apprentissage (exemples : logiciel de PAO pour un projet de journal scolaire, Blogs sur un thème donné…) mais aussi de présenter des contre-exemples,
    • matériel par la diffusion d'un ensemble de logiciels libres de droit,
    • pratique par une formation à ces logiciels.

La validation

Il s’agit d’évaluer des compétences et c’est dans ce sens que nous travaillons. Ainsi, l’Université reprend le dispositif qui avait été mis en place à l’IUFM. Il s’agit majoritairement d’évaluer le candidat en situation d’enseignement et une grande partie de l’évaluation porte sur la période de stage ou sur des ateliers d’analyse de pratique durant lesquels les étudiants sont amenés à prendre en charge une classe.

A. Les éléments servant à la validation

Les éléments sur lesquels s’appuie la validation sont constitués d’un ensemble de traces pour l’essentiel déposées sur le Bureau Virtuel (ou Moodle) que l’on décrit ci-après.
Les items A14, A31 et B35 indiqués comme étant « validés en creux » sont considérés comme étant déjà acquis par l’étudiant mais peuvent éventuellement être remis en question si l’étudiant a fait montre d’incompétence sur le sujet.

B. Les travaux à déposer par l’étudiant sur le Bureau Virtuel BV (ou Moodle) pour valider les items hors B2 et B3 du C2i2e

Ces travaux sont à déposer sur le Bureau Virtuel (ou sur Moodle) dans un espace partagé avec le responsable de l’UE TICE (coordinateur C2i2e dans le master). Ils constituent une partie des éléments du portfolio de l’étudiant.


Le rapport d’établissement (A11, A12, B42, B43). L’établissement est un établissement au choix parmi ceux où l’étudiant a fait un stage. Le rapport indique :

  • A11 : les personnes ressources en TIC dans l’établissement, dans la circonscription pour le premier degré (ATICE) et dans le département et au niveau national ;
  • A12 : l’équipement informatique disponible dans l’établissement et les principaux logiciels ;
  • B42 : si le B2i est mis en place dans l’établissement, si oui comment, si non pourquoi et comment l’étudiant s’est inscrit dans ce processus durant le stage ;
  • B43 quels sont les résultats de l’établissement aux évaluations nationales, quelle politique en a découlé.

Une adhésion à une liste de diffusion (A23) . L’adhésion à une (ou plusieurs) liste de diffusion professionnelle de l’enseignement sera déposée sur le BV (ou Moodle).


Le dossier (A32, A33). Ce dossier doit permettre aux étudiants d’identifier les problèmes et proposer des moyens pour y remédier (ex : virus->antivirus).
Chaque étudiant a ainsi à traiter un des points suivants :

  • la recherche et les critères de contrôle de validité des informations,
  • la sécurité informatique,
  • le filtrage Internet.
  • la protection des libertés individuelles et publiques,
  • la sécurité des personnes,
  • la protection des mineurs,
  • la confidentialité des données,
  • la propriété intellectuelle,
  • le droit à l’image.

Ces dossiers sont mutualisés sur le BV (ou Moodle). Chaque étudiant doit aller consulter ceux de ses collègues pour prendre connaissance des points qu’il n’a pas traités. Lors des cours en présentiel, une séance est consacrée à la synthèse.


Une charte (A34). L’étudiant doit déposer sur le BV la charte d’usage du matériel informatique de l’établissement scolaire où il fait son stage. S’il n’en existe pas, l’étudiant est invité à en trouver une qu’il pourra proposer à l’établissement.


TCAO sur le BV (A13, A15, A21, A22, B11, B12). Le travail collaboratif aura pour objet d’aider les étudiants dans leur préparation au concours mais aussi dans leur futur métier d’enseignant. Il consistera a minima :

  • A mettre en commun un ensemble de ressources pour préparer le concours mais aussi pour faire classe :
    • adresses de sites,
    • documents de type pédagogique : préparation de séances, progression, …
    • ressources pour la classe,
    • etc.
  • A en débattre par les outils du BV (Wiki, Forum,…)

C. Validation des items B2 et de l’item B41

Les items du B2 et l’item B41 pourront être validés en stage par un visiteur en même temps que ceux du B3. Ils peuvent aussi être validés par le coordinateur au vu des pièces déposées sur le BV (préparations de séances et analyses critiques pour le B3).
Cette démarche pourra être complétée dans le cadre de l’UE TICE lors d’un contrôle sur table ou sur machine.

D. Validation des items B3

Pour valider les items du B3, plusieurs modalités ont été envisagées.
Utiliser le stage L’étudiant devra, lors de l’une de ses périodes de stage, assurer une séance utilisant les TIC avec ses élèves devant un visiteur pour que celui-ci puisse attester que la séance a bien eu lieu et a bien répondu aux attentes des différents items. Si le visiteur n’est pas habilité à valider (exemple tuteur néophyte) il indiquera simplement que le candidat a effectivement fait une séance où il a utilisé les TICE. Pour être validé par le coordinateur, le candidat devra alors déposer sur le BV sa préparation de séance ainsi que l’analyse critique de celle-ci.

Utiliser les ateliers d’analyse de pratique Durant les formations en TICE, les étudiants sont amenés dans certains masters à prendre une classe en main dans le cadre d’ateliers d’analyse de pratique qui permettent de valider les items du B3.

Le dispositif de certification


L’étudiant obtient la certification « C2i2e » s’il a validé a minima 23 des 28 items avec un maximum de 2 items non validés par domaine de compétence.
La certification peut se dérouler sur les deux années du master. De ce fait, si la certification débute en M1, le coordonnateur C2i2e garde une trace des items acquis par l’étudiant durant cette première année.
Un jury est chargé d’entériner la certification et d’étudier les cas posant problème. Ce jury est composé des coordonnateurs C2i2e de la composante, du correspondant C2i2e (dans l’attente de la nomination d’un correspondant C2i2e de l’Université pour le ministère), du responsable des C2i2e. La présidence est assurée par un Professeur des universités. Dans le cas de litige le jury peut s’appuyer sur le dossier de compétences.
Hormis pour le SUFP, il n’est prévue qu’une seule session par an.

© Université de la Réunion |  Contact |  Crédits